mercredi , 17 octobre 2018
Accueil » Animaux » Eviter qu’un chien fasse des dégâts à la maison

Eviter qu’un chien fasse des dégâts à la maison

C’est systématique ! Dès que vous sortez, ne serait-ce que 5 minutes, votre  » adorable  » toutou dévore votre chausson… ou votre livre préféré… enfin, bref, un objet qui vous appartient personnellement. Pour couronner le tout, il fait ses besoins partout. Vous pourrez même observer des plaies sur la partie gauche de son corps (en général), dues à un léchage et des mordillements excessifs. En plus, il alerte, de ses charmants hurlements, tout votre voisinage.

Vous vous dites : il se venge parce que je le laisse seul. Vous faites fausse route : il est en réalité en état d’angoisse. Cet état est provoqué par une anxiété de séparation… séparation avec l’être d’attachement : vous !

Si vous observez de plus près votre chien, vous observerez d’autres comportements qui témoignent de ce trouble. Exploration en étoile : votre chien s’éloigne de vous, mais revient sans arrêt, pour reprendre un contact physique avec vous (lèche, mordille…) Comportement infantile : chien très sympathique en société (quand vous êtes présent), fait des appels au jeu régulièrement, montre des signes fréquents de soumission, n’a aucun comportement sexuel, ni de signe de menace.

Que faire ?

Il faut provoquer le détachement avec l’être d’attachement. Normalement, cette phase se produit vers l’âge de 5 mois chez le chiot. Mais vous pouvez y avoir recours pour un adulte encore infantile. C’est toujours vous qui devez initier les contacts physiques. S’il vous sollicite et demande des caresses, faîtes comme si vous étiez en colère. Manifestez votre mécontentement, sans hurlement. Par contre, quand vous le déciderez, vous pouvez initier les contacts.

Cessez de vous occuper de votre chien 20 à 30 minutes avant votre départ (même pour 5 minutes d’absence). A votre retour, ne vous occupez pas de lui, même sil vous fait des fêtes. Le repousser, gentiment mais fermement. Dès qu’il se sera calmé, allez vers lui et caressez-le.

S’il a fait des dégâts, faîtes comme si vous n’aviez rien vu. Même si cela vous démange de le punir et d’exploser devant le saccage de votre canapé !

Votre vétérinaire peut également vous prescrire des psychotropes pour le calmer, en même temps que vous entreprenez le détachement. Rapidement, les médicaments agiront. Les dégâts disparaîtront. Mais surtout, continuez votre action de détachement, jusqu’à la disparition des comportements infantiles. Sans ça, votre ami ne sera pas complètement guérit. Il ne sera pas devenu un chien adulte.

 A ne pas faire !

Rassurer le chien avant de partir, par des offrandes, de longs discours ou de grandes balades. Cela accentue le lien d’attachement, donc aggrave la situation. Il est également inutile de laisser la télévision et la radio en marche pour que votre toutou  » se sente moins seul  » notamment après sa stérilisation.

Le punir lors de votre retour, alors que vous ne l’avez pas vu en train de faire les dégâts. Dans son attitude  » oreilles basses, queue entre les jambes « , vous imaginez qu’il vous dit  » j’ai compris, j’ai fait une bêtise « . En fait, il fait juste l’association  » objet détruit + maître = agression « . La punition amplifie donc son angoisse. Et là, vous l’aurez compris, il recommencera de plus belle pour se rassurer. Un véritable cercle vicieux.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*